Mémoires stupéfiantes

Le monde, 29 décembre 1989.

Ce n’est qu’en 29 décembre 1989 que nous retrouvons dans les archives du Monde la première trace de la présence du crack dans la capitale : une décente de la police dans la ligne 9 du métro – encore « tranquille » en début d’année, mais désormais « haut lieu du trafic » – saisit de la cocaïne, de l’héroïne et

« […] Bien pire : à plusieurs reprises, depuis la rentrée, ils ont trouvé des doses de crack. Du « caillou  » de fabrication artisanale fait à partir de cocaïne. « On ne peut pas encore parler d’un flux de trafic, note Michel Boucher, le patron de la BSP, mais on a fait une dizaine de prises dans le métro ». Il s’agit de crack fabriqué en France dans des conditions artisanales, mais il faut s’en occuper tout de suite. Le crack est une drogue terrible qui vous détruit très rapidement. »

« […] dans la capitale, l’inquiétude grandit »

« La nuit tombée, dans le nouveau décor du canal de l’Ourcq à Paris, sous les arcades qui mènent au bassin de La Villette, d’étranges points lumineux s’allument et s’éteignent. Approchant sur le canal, des vedettes de la police braquent leurs projecteurs sur un tableau saisissant : la boîte de Coca-Cola dans une main, le briquet dans l’autre, les fumeurs de crack – cent, deux cents, trois cents ? – consomment sans relâche un poison dont on pensait la France exempte. Il n’en est rien, et dans la capitale l’inquiétude grandit ».

Les menaces du crack, Le Monde, 13 avril 1994.