« Nous, on était plein dedans ! »

« […] Seulement entre 1963 et 1981, 160 000 natifs des DOM, notamment des Martiniquais et des Guadeloupéens, quittèrent les champs de sucre et les bidonvilles coloniaux pour venir s’installer en métropole, inspirés par le rêve de la promotion sociale qui semblait distant dans leurs îles en décadence (1).

Descendant de ce peuple déraciné par les bouleversements socio-économiques nationaux, Marc-Antoine, 54 ans, compose la première génération des consommateurs de « crack » parisiens — les « Anciens », dit-il avec un ton à la fois farceur et orgueilleux. Il restitue ainsi les trames de l’histoire sociale et urbaine dont il était proie et protagoniste :

Marc-Antoine : Je suis arrivé à Paris, j’avais deux ans. Ma famille est venue travailler ici. Mon père travaillait dans la fonction publique, ma mère travaillait à l’hôpital. Elle était aide-soignante… Mon père travaillait chez France Télécom. Il travaillait dans les bureaux, quoi. […] Il est venu en premier, après nous on est venus avec ma mère.

[…] La première fois que j’ai pris ça [le crack], ça ne m’a pas vraiment… C’était en 1986. C’est vieux ! C’était sur Paris. […] C’était avec des amis. Mes amis d’enfance, en banlieue, ça ! Dans le 91 [le département de l’Essonne], banlieue sud. On achetait en poudre et on la faisait nous-mêmes. On n’achetait pas comme ça, tout prêt, à la base. On prenait ça que le soir. On ne prenait jamais ça dans la journée, avant. […] On prenait ça pour le plaisir. Après, c’était plus régulier…

[…] Ça [le crack] commence à circuler je dirais vers 1985, un truck comme ça. En 1985, il n’avait que très peu de personnes, comme il avait beaucoup d’héroïne… Les gens prenaient plus de l’héroïne ! Très peu de personnes touchaient à ça. C’était surtout des Antillais ! Nous, on était plein dedans. La Colombie, c’est plus bas. Nous, c’est le passage, le transit, quoi.

[…] Les gens [des Antilles], ils le ramenaient ! Ceux qui venaient pour vivre ici. Ils connaissaient déjà. Ils ramenaient ça dans leurs bagages. Aujourd’hui, c’est plus contrôlé parce qu’ils [les keufs] savent que c’est le passage. Toute la Caraïbe, ça [la cocaïne] passe par là. Pour aller aux EUA, puis l’Europe… […] Les gens ramenaient ça ! Pas en grosse quantité, mais en petite quantité. Ils ramenaient, je ne sais pas, moi… 20 g, 50 g, pour leur conso perso et peut-être, vendre… »

(1) Marie, C. (2014). Des « Nés » aux « Originaires ». Dom en métropole : les effets de cinquante ans d’une politique publique ininterrompue d’émigration. Informations sociales, 186, 40-48.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search